Des réponses honnêtes à des questions honnêtes
18 vidéos  (3.5 Millions de vues)  -  17 articles  -  6 récits extraordinaires

Jésus crucifié précisément le jour de la Pâque juive - Bizarre, non ?

Réflexion - Article - 31 Mars 2021

Jésus crucifié précisément le jour de la Pâque juive - Bizarre, non ?
En savoir plus sur >   La foi des Chrétiens
Jésus crucifié précisément le jour de la Pâque juive - Bizarre, non ?
Réflexion - Article -  2 589

Une coïncidence incroyable ?
Un article de Patrick Vauclair - Pâques 2021

Une coïncidence incroyable ?
La Pâque juive est la plus grande fête du judaïsme. Elle est célébrée chaque année depuis que le peuple d'Israël est sorti d'Egypte. Aujourd'hui encore, 3 millénaires et demi plus tard (!) elle est toujours célébrée par les juifs, année après année, dans quelque pays qu'ils se trouvent.
Honnêtement, vous en connaissez beaucoup d'autres, des commémorations comme celle-là ?

Par ailleurs, la crucifixion de Jésus et sa résurrection constituent le double point de départ de la plus grande religion au monde. Aujourd'hui un habitant de la terre sur trois se réclame de la foi chrétienne. Ça non plus ce n'est pas rien, n'est-ce pas ?

Mais le plus surprenant, le plus étrange, quand on y réfléchit, c'est que ces 2 événements se soient passés exactement au même moment !




Sans tomber dans le mysticisme, et sans rien inventer, on ne peut pas rester indifférent devant certains éléments troublants liant ces 2 grands événements.

Tout d'abord soyons clairs sur les sources.
Le récit de la Pâque juive, la sortie d'Egypte et tout ce qui a suivi, est inscrit dans la Bible depuis des millénaires, et il a été rédigé des centaines d'années avant Jésus. Donc il n'a pas pu être "bricolé" pour "s'adapter" aux événements concernant Jésus.
Ensuite, la vie de Jésus, telle que rapportée dans les Evangiles, contient bien trop de faits incroyables en rapport avec la Pâque juive pour que des auteurs aient pu les inventer.
Les évangiles ont été rédigés par 4 auteurs très différents, les faits ont été constatés par des centaines de témoins oculaires, et on a les témoignages clairs des proches (frères, disciples, convertis) - et même d'opposants au christianisme.
Il est impossible que toutes ces "sources", se soient accordées pour mentionner une foule de détails en apparence sans importance - et dont ils ne saisissaient pas eux-mêmes la portée.


Des faits troublants
1.

Ce ne sont pas les juifs qui ont décidé de mettre à mort Jésus le jour de la fête de Pessah.


Les juifs ne voulaient évidemment aucun trouble pendant leur festivité nationale. A Pessah (la Pâque juive) dans toutes les familles c'était la fête, on commémorait un événement fondateur, une grande libération nationale, avec des cérémonies dans les familles ainsi qu'au Temple de Jérusalem.



2.

Ce ne sont pas les romains non plus qui ont prémédité cette date


Ils surveillaient les juifs comme l'huile sur le feu, et ils avaient tout intérêt à ce que tout se passe dans le plus grand calme. La garnison était sur les dents avec tous ces juifs qui convergeaient vers Jérusalem pour plusieurs jours. Il fallait éviter tout incident pendant la fête et garder le contrôle de la ville et de toute la population montée à Jérusalem pour les festivités.



3.

De plus, il ne pouvait pas non plus s'agir d'un "complot religieux" venant des juifs


et qui aurait été destiné à accomplir des prophéties bibliques, ou à montrer Jésus comme un "signe" au monde entier. Les juifs étaient totalement opposés à l'enseignement de Jésus, et il n'était pas question qu'il bénéficie de la moindre exposition publique - ni lui ni ses disciples. La seule chose qu'ils souhaitaient, c'était qu'on l'oublie, qu'on n'en entende plus jamais parler. Pour eux c'était un fauteur de troubles et un faux prophète qui manipulait les gens. Se débarrasser de Jésus, oui éventuellement, mais alors discrètement. Il était évidemment hors de question de lui faire la moindre "publicité" en pleine fête.

POURTANT Jésus a bien été crucifié le jour de Pessah - et c'est étrangement très lourd de signification.



4.

Pessah, qu'est-ce que c'est ?


Pessah commémore bien sûr la sortie d'Egypte, en rappelant précisément le fait que tous les premiers nés égyptiens ont été mis à mort - un jugement qui allait contraindre Pharaon à laisser les israélites sortir d'Egypte. Et c'est alors, en Egypte, que les israélites ont dû accomplir un rituel très précis : chaque famille a dû égorger un agneau, et badigeonner le tour de la porte de leur maison avec le sang de l'Agneau. C'est ce rituel qui a été commémoré ensuite chaque année jusqu'à nos jours ! Il est inscrit en toutes lettres dans la Bible, et Il est le cœur même de tout le culte d'Israël. Dans le désert, puis ensuite sur la terre d'Israël et jusqu'à nos jours, la relation avec Dieu est régie par cette notion centrale du sacrifice.
Pour nos sociétés matérialistes et aseptisées cela sonne bizarrement, mais c'est juste parce que nous avons totalement perdu le sens de certaines réalités essentielles.
Un agneau, égorgé, c'est l'origine du fameux "Agneau pascal", l'Agneau de Pâque.



5.

Ce qui est très étonnant


c'est qu'un grand prophète à l'époque de Jésus, Jean-Baptiste, a annoncé que Jésus était l'Agneau que Dieu donnait au monde - et puis ensuite que Jésus Lui-même a affirmé très clairement qu'il était venu précisément pour ça, pour être sacrifié. Non pas pour instaurer une nouvelle religion ou abolir la Torah (!) - mais pour souffrir et donner sa vie en sacrifice. Il l'a déclaré très clairement à de multiples reprises tout au long des trois années de son ministère public.
Son sacrifice n'a pas été un accident ou une fin tragique - c'était le but même de sa venue sur terre !
C'est donc totalement logique qu'il ait été sacrifié précisément pendant la fête de Pessah !


Et je me permets d'ajouter, si on veut bien y réfléchir, que la sortie de l'Egypte puis l'instauration de Pessah, avec le sacrifice d'un Agneau qui donne son sang, n'était en fait que l'annonce prophétique de la venue de Jésus et de Son sacrifice.
Cela parait "énorme" - et pourtant c'est bien la conclusion qui s'impose.

Quand on y regarde de près, on réalise vite que toute la Bible, de la Genèse à l'Apocalypse, parle de sacrifice, de rachat des péchés, de la nécessité qu'un Sauveur soit mis à mort. On trouve cette notion partout. Les plus grands prophètes ou dirigeants du Peuple, comme Moïse, mais aussi Esaïe, Jérémie, Daniel et bien d'autres - tous ont clairement répété, expliqué en détail, annoncé, pendant des siècles et des siècles, qu'un Sauveur allait venir, qu'Il allait être sacrifié, qu'Il mourrait pour le pardon de nos fautes, pour nous réconcilier avec Dieu, pour nous offrir la Vie éternelle …
Et ce n'est pas "de la religion" - la Bible explique que cela concerne chaque être humain - et donc cela concerne chacun de nous, et notre avenir personnel.



6.

Je pourrais encore citer


Abraham, à qui Dieu avait demandé, longtemps avant Moïse, précisément sur l'emplacement de la future Jérusalem, d'offrir un sacrifice, et qui mentionnait précisément le futur sacrifice d'un "Agneau donné par Dieu" (!)
Je pourrais citer Esaïe, immense prophète, qui a prophétisé que le Sauveur serait "transpercé à cause de nos crimes", semblable à "un agneau", mis "dans une tombe", offert en "sacrifice", puis qu'Il vivrait, et apporterait le "pardon des péchés à beaucoup d'homme". C'est à peine croyable, mais c'est bien réel - il suffit d'ouvrir une Bible.

En fait il me faudrait parcourir toute la Bible, depuis la promesse faite à Eve jusqu'au triomphe final décrit dans l'Apocalypse, en passant par le Lévitique, qui apporte une foule d'éléments prophétiques plus incroyables les uns que les autres.
Mais là, je n'ai pas la place.
Je ne peux que vous inviter à bien vous renseigner, à ne pas vous laisser tromper par l'athéisme ambiant, et à prêter attention "au Signe" que Dieu nous a envoyé lors de Pessah, en sacrifiant effectivement "Son Agneau" - pour nous.

Ici, il ne s'agit plus d'opinion, ou de "spiritualité", mais bien d'une invitation ultra-personnelle à la réconciliation.
C'est exactement cela la commémoration de Pâque.
Et chacun de nous a la possibilité - pour un temps limité - de répondre ou non à cette invitation - invitation qui émane d'un Créateur qui nous aime.

Bien amicalement.

Notes et Références

La Bible toute entière traite de notre relation avec Dieu et en particulier de la nécessité du sacrifice pour nous approcher de Sa Présence. Mais elle montre que tous nos sacrifices personnels, quelle qu'en soit la nature, sont insuffisants pour nous permettre d'accèder à Sa Présence.
Les sacrifices sanglants d'animaux décrits dans les textes de la première alliance (surnommée "Ancien Testament") sont des indications, mais seulement des "ombres" de la réalité céleste. La Nouvelle Alliance, initiée par Jésus, passe par Son sacrifice, c'est Lui, qui est l'Agneau de Dieu, annoncé par les prophètes, et déjà désigné "dés avant la fondation du monde" (1ere épitre de Pierre chapitre 1 v. 18 à 20).
Les brèves allusions citées dans cet article sont tirées des passages suivants de la Bible :
Genèse chapitre 22
Exode chapitres 11 à 13
Lévitique chapitre 23
Psaume 22
Esaïe chapitre 53
Zacharie Chapitre 12 v. 10
Évangile de Matthieu chapitre 27
Évangile de Jean chapitre 19
Apocalypse chapitre 5 v. 6
Sans oublier l'extraordinaire déclaration de Jésus :
"Le Père m'aime parce que je donne ma vie, afin de la reprendre.. Personne ne me l'ôte, mais je la donne de moi-même ; j'ai le pouvoir de la donner et j'ai le pouvoir de la reprendre ; tel est l'ordre que j'ai reçu de mon Père" - Évangile de Jean chapitre 10 v. 17 et 18
Et c'est exactement ce qu'Il a fait.


---- 31 Mars 2021 ----

Sur un sujet proche

Je crois aux miracles - Kathryn Kuhlman
Extraordinaire - 30 Novembre 2018
Je crois aux miracles - Kathryn Kuhlman




NEWSLETTER
Ne manquez pas les nouvelles Vidéos,
Articles scientifiques, Infos, Actus...
INSCRIPTION NEWSLETTER

Ne manquez pas les nouvelles Vidéos,
Articles scientifiques, Infos, Actus...

Newsletter